Lieux d’une bataille - "Récit" GONG Avr-Juin 2018

Sur les lieux d’une bataille Ginko au Mémorial du Linge

Récit Eléonore NICKOLAY

 

bataille du Linge
la terre pour tout linceul

Jean-Paul GALLMANN


 

Sur la crête du Linge, entre les vallées de Munster et d’Orbey, une bataille oppose du 20 juillet au 16 octobre 1915, l'Armée française à l'Armée allemande. C’est une des plus meurtrières des batailles de la Grande Guerre. Elle laisse derrière elle 17 000 morts, dont 10 000 français. C’est une des plus absurdes aussi. Recouvert de bois, de bosquets, de parois rocheuses, loin des cols et des routes importants des Vosges, le massif du Linge n’a aucune valeur stratégique.

 

Guerre de positions~
Des vies de jeunes hommes
contre un mètre de plus

Evelaine LOCHU

 

Nous sommes une poignée d’haïjins avec nos amis alsaciens Christiane RANIERI et Jean-Paul GALLMAN qui organisent le premier kukaï d’Alsace à Metzeral. Une route sinueuse nous a emmenés jusqu’au musée du Mémorial du Linge qui donne accès aux sinistres vestiges d’un champ de bataille sans merci. Christiane et Jean-Paul nous y proposent un ginko. Nous sommes fin octobre. Les couleurs flamboyantes de l’automne nous font instantanément penser au sang versé sur ce lieu. Et la vue de carte postale sur la ligne bleue des Vosges contraste avec l’horreur vécue ici.  

 

bataille du Linge —
la ligne bleue des Vosges
à jamais souillée

Christiane RANIERI

 

ciel de cendre
un érable flamboie
à l’horizon

Marie-Alice MAIRE

 

meurtrières d’observation
le rouge sang
de l’automne

Eléonore NICKOLAY

 

La visite commence à l’intérieur du musée, où Christiane, l’alsacienne et Eléonore, l’allemande, nous lisent des haïkus écrits par des poilus, répertoriés par Dominique CHIPOT dans son anthologie « En plein cœur ». D’une salle à l’autre, d’une vitrine à l’autre, des armes, des munitions, des équipements, des photos, des maquettes, mais ce qui nous frappe surtout, ce sont les objets personnels, trouvés sur place, des combattants des deux camps.

 

musée du Linge
les pipes cassées
des combattants

Jean-Paul GALLMANN

 

Ni fleur ni couronne
disait-il
un éclat d'obus en héritage

Marie-Alice MAIRE

 

Mémorial
Oh la jeunesse de ces visages
à la courte carrière

Evelaine LOCHU

 

La visite se termine à l’extérieur, le long et dans les tranchés conservées. Ici et là, des croix blanches de victimes françaises et des croix noires de victimes allemandes, désormais unies dans la mort. Parmi les visiteurs de toutes générations, également des allemands : deux peuples, ennemis jurés/Erzfeinde il y a cent ans, désormais réunis dans la mémoire de leurs morts.    

 

excursion
dans la tranchée
une famille entière

Eléonore NICKOLAY

 

cheminant sur les crêtes
sur chaque pierre le récit
d’un siècle  de guerre

Christiane RANIERI

GONG N°59 Avril-Juin 2018 — page 13 et 14
AFH - Association Francophone de Haïku

Commentaires

Ajouter un commentaire